Déchets

 

Quelques infos sur le trie dans les communes de la plaine: PWP association GRAINES-2

10 Solutions pour réduire nos déchets

Nos poubelles débordent ! En France, chaque personne produit 360 kg d’ordures par an. Comment limiter nos déchets et mieux jeter ? Comment recycler ? Voici quelques réflexes faciles à avoir pour éviter le gaspillage, protéger la planète et même faire des économies. Le recyclage avant tout, mais vous le savez déjà, non ? Bon, c’est bien mais faut s’y mettre maintenant.

  1. Limiter ses déchets à la source : le « meilleur » des déchets est celui que l’on ne produit pas. Au supermarché, on évite les yaourts avec leur packaging en carton, les paquets de biscuits à double voir triple emballages ! Ou encore, on fait le choix de produits frais type jambon et fromage à la coupe plutôt qu’en rayon (plus économiques, en plus). En choisissant des produits avec moins d’emballage, on peut réduire ses déchets de 26 kg par personne et par an.
  2. Utiliser un cabas ou des sacs réutilisables : on préfèrera les sacs réutilisables à ceux en plastique dont on ne se sert qu’une seule fois. Il faut savoir qu’on utilise un sac plastique pendant vingt minutes en moyenne alors qu’il met plus de 400 ans à se dégrader dans la nature.
  3. Utiliser des écorecharges : quand il n’y a plus de détergent dans le bidon, avez-vous besoin de détergent ou d’un nouveau bidon ? Utiliser les écorecharges permet de diminuer la quantité d’emballages de 50 à 70% par rapport aux produits classiques. Alors pensez-y !
  4. Faire un compost, même en copropriété : composter ses déchets de cuisine et de jardin, c’est produire un engrais de qualité pour les sols tout en réduisant le transport de déchets, le recours à la mise en décharge et à l’incinération. Sachez qu’environ un tiers de notre poubelle est composé de débris organiques pouvant servir d’engrais : épluchures de fruits et légumes, déchets verts du jardin… En faisant du compost pour ses plantes, on peut réduire ses déchets de 40 kg par personne et par an.
  5. Rapporter ses médicaments à la pharmacie : quand on jette ses médicaments dans les ordures, ceux-ci risquent de se retrouver dans la nature et dans les rivières. Imaginez l’impact que ces molécules peuvent avoir sur la faune et la flore ! Trop de Français jettent encore leurs pilules et autres cachets usagés à la poubelle ou aux toilettes alors qu’ils peuvent les rapporter chez leur pharmacien. La majorité des pharmacies adhèrent ainsi à l’opération Cyclamed, pour que les médicaments soient triés, avant d’être détruits dans des conditions appropriées.
  6. Offrir une deuxième vie à ses livres, vêtements et appareils électroniques : des associations collectent des vêtements, des livres, des jouets ou encore du mobilier afin de leur donner une nouvelle vie et de les redistribuer à ceux qui en ont besoin. Mieux encore : des sites Internet de troc permettent d’instaurer une véritable économie du recyclage.
  7. Se renseigner auprès de sa commune : attention, toutes les communes n’offrent pas les mêmes possibilités de recyclage selon leur budget et le centre de tri dont elles dépendent. En générale, les emballages en acier, aluminium, papier/carton, plastique (bouteilles et flacons) et le verre se recyclent. Mais il y a des exceptions : les verres culinaires, la vaisselle, les sacs en plastique, les pots de yaourt, de crème fraîche, et le polystyrène des barquettes de viande doivent être jetés dans le bac des ordures ménagères ! Si vous avez des doutes, contactez votre mairie pour connaître le détail des containers. Souvent des bennes entières ne sont pas recyclées à cause d' » intrus  » qui y ont été déposés par inadvertance !
  8. Utiliser des piles rechargeables et des ampoules basse consommation : si les piles sont rejetées dans la nature sans précaution, elles peuvent libérer des composants jugés dangereux comme le nickel, mercure, plomb, zinc, lithium… Il est donc nécessaire de les rapporter aux points de collecte, déchetteries ou points de vente. La loi oblige les fabricants et la grande distribution à financer leur recyclage. Pour éviter tous ces inconvénients, optez pour les piles rechargeables qui sont rentables dès la cinquième utilisation et qui se rechargent près de mille fois. Pour les ampoules à économie d’énergie, interdiction formelle de les jeter dans la poubelle. Il faut les rapporter en magasin pour qu’elles soient recyclées.
  9. Bien regarder les logos : attention, tous les logos ne veulent pas dire que l’emballage est recyclable ! Le ruban de Möbius aux trois flèches est le seul à l’indiquer. Il peut aussi signifier qu’il contient des matériaux recyclés. Ne le confondez pas avec le point vert qui signifie que le fabricant contribue au financement du système de collecte. Il n’est en aucun cas une instruction de tri et ne veut pas dire qu’il est composé de matière recyclée. La poubelle barrée d’une croix est quant à elle dédiée aux DEEE. Ce logo informe le consommateur qu’il ne doit pas jeter l’article usagé dans la poubelle courante, mais le rapporter au vendeur ou dans un point de ramassage.
  10. Coller un Stop pub sur sa boîte aux lettres : vous ne lisez presque jamais les prospectus ? Et si vous choisissiez de ne plus en recevoir ? Grâce à l’autocollant spécial collé sur sa boîte aux lettres, on cesse de recevoir ces prospectus qui nous encombrent mais surtout on réduit nos déchets de 15 kg par personne et par an. Aujourd’hui plus de 5 % des Français ont déjà indiqué sur leur boîte aux lettres leur souhait de ne pas recevoir d’imprimés sans adresse.

On pourrait rajouter avoir des poules, achat en vrac, groupé, …

Compte rendu de la visite de la Ressourcerie

Effectuée à Chazelles s/Lyon et à St Symphorien s/Coise

Le 12 février 2014 par 9 membres de la commission déchets.

Historique et fonctionnement :

Nos guides Mme Clémençon dans un premier temps puis Mr Alain Hilaire nous ont fait l’historique de la Ressourcerie, de ses débuts, il y a 4 ou 5 ans jusqu’à aujourd’hui.

Pour commencer, seuls quelques bénévoles récupéraient des textiles en bon état pour les donner à des personnes dans le besoin. Puis l’association Fil à Fil a été créée. La commune a mis à sa disposition des locaux (ancienne caserne des pompiers) et l’association s’est agrandie au fil du temps.

Il en fut de même pour l’association qui aujourd’hui fonctionne sur 3 cantons (2 du Rhône et 1 de la Loire) sous le nom de « La RESSOURCERIE »

Les frais de fonctionnement sont gérés par l’ETAIS.

IMG_2262[1]C’est maintenant un « atelier chantier d’insertion » qui a 12 employés en réinsertion ; femmes et hommes à temps partiel.  Les 2/3 sont du Rhône (+ de subventions) et 1/3 de la Loire, l’atelier fonctionne à 80 % grâce aux subventions et aux dons et 20 % avec le revenu des ventes.  Les contrats de travail ont une durée de 2 ans avec à la clé un bon pourcentage de sorties positives, soit vers un emploi direct, soit vers une formation.

La récupération :

Tout est récupéré (sauf l’électroménager) ; vêtements, chaussures, objets divers, accessoires puériculture, vaisselle, livres, jouets,  mercerie, literie en bon état, meubles, multimédia etc…

  • Soit les personnes apportent leurs objets à la Ressourcerie aux heures d’ouverture 3 ½ journées par semaine à Chazelles s/Lyon et pour les meubles le samedi matin à St Symphorien s/Coise.
  • Soit les employés vont chercher au domicile des donateurs à l’aide d’un camion, ce qui est souvent le cas lors de débarras après un décès ou un déménagement chez les personnes ne pouvant assumer cette charge pour raisons diverses.

250 tonnes de produits divers et autant de meubles sont récupérés chaque année. Tout est trié et revendu à prix modique ou donné dans certains cas avec présentation d’un courrier récent d’assistante sociale.

Ce qui n’est pas utilisable directement part en recyclage dans d’autres entreprises. Enfin très peu de déchets ultimes auront pour destination l’enfouissement.

A Chazelles, un atelier de Relooking a vu le jour et permet ainsi aux employés qui le désirent de valoriser leur travail dans l’innovation.IMG_2267[1]

Toute personne est invitée à faire des apports de marchandises, mais également à venir acheter sur les sites de Chazelles et St Symphorien « l’achat est une forme de don ».

Ce que nous avons vu est un très bon exemple d’aide à l’insertion pour les personnes et de recyclage en circuits courts pour les objets.

La commission déchets se réunira prochainement pour faire le bilan de cette visite et voir qu’elle pourrait-être notre action auprès de la CCPSG

WWW.defilafil.fr     contact@defilafil.fr

Tel 09 82 35 90 72  –  04 77 55 60 36

Heures d’ouverture : Chazelles s/Lyon, 14 rue de St Galmier

mardi et samedi de 9h à 12 h – vendredi de 15 h à 18 h

St Symphorien s/Coise : 235 rue de la Doue

tous les samedis de 9 h à 12 h

 

 

schéma-durée-déchets-428x285La Durée de Vie des Déchets

 

 

 

 

 

Les déchets ménagers englobent tous les déchets produits par les ménages et assimilés (certaines collectivités et certains commerçants). Ce sont donc les déchets que tout particulier produit dans sa vie quotidienne. Les déchets ménagers regroupent les ordures ménagères (non recyclables ou pas encore recyclées), les déchets recyclables secs (journaux, papiers, carton, magazines, verre, aluminium, plastique) et les recyclables dits humides, organiques ou fermentescibles (déchets alimentaires, herbes, bois…). Le Code général des collectivités territoriales (art L.2224-13 et 14) stipule que les communes ou leurs groupements doivent assurer l’élimination des déchets des ménages, mais aussi des déchets qu’elles produisent elles-mêmes (espaces verts, voirie) et des déchets d’origine commerciale ou artisanale ayant les mêmes caractéristiques que les déchets des ménages.

La production de déchets ménagers en France

Selon l’ADEME et le SOeS, en 2008, les déchets des ménages représentent 29,4 millions de tonnes, soit 460 kg/hab/an c’est près de 80% des déchets collectés par les municipalités. Leur production a augmenté de 4,4 % entre 2005 et 2008, alors qu’au cours de la même période, la population française augmentait de 2%.

Le contenu de la poubelle résiduelle (les ordures ménagères) représente 14,8 millions de tonnes en 2008, soit la moitié des déchets produits par les ménages. Les collectes sélectives progressent régulièrement, que ce soit en porte à porte (emballages en papiers cartons, plastiques, etc.) ou en apport volontaire par le biais des déchèteries ou des conteneurs (verre, etc.). On observe la même tendance pour les déchets verts, dont la collecte a été multipliée par 4 entre 1995 et 2008. poubelle

Composition d’une poubelle type (en poids)

 

 

 

L’aluminium 

Bien qu’ils soient 100% recyclables, à l’infini et sans pertes de propriétés, les emballages ménagers en aluminium restent aujourd’hui trop peu recyclés (leur taux est de 32% seulement en 2012 selon le rapport annuel Eco-Emballages).

Le coût de la gestion des déchets ménagers 

En 2009, la gestion des déchets ménagers se traduit par une dépense de 11 milliards d’euros, soit 98 euros par habitant, le double d’il y a dix ans.

Le traitement des déchets ménagers en France 

Selon l’ADEME et le SOeS, la mise en décharge, ou stockage, reste le mode principal d’élimination des déchets et concerne 36% des quantités traitées en 2008, contre 43% en 2000. La part du compostage, de la méthanisation et du recyclage est passée de 25% en 2000 à 31% en 2008. L’incinération avec récupération d’énergie représente 31% du total en 2008, contre 28% en 2000. La part de l’incinération sans récupération d’énergie est faible, avec 2% en 2008, contre 4,4% en 2000.

Source : notre-planete.info, http://www.notreplanete.info/ecologie/dechets/dechets_menagers.php

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *